Choisir le mode d’intégration de son enfant


Cet article fait partie de notre grand dossier “Un bébé différent


C’est l’intégration en milieu ordinaire qui semble avoir la préférence des spécialistes. Mais cela peut ne pas convenir à tous les enfants, mieux vaut bien s’informer pour trouver la bonne orientation.


L’intégration en milieu ordinaire

 

Les crèches : le parcours du combattant

Même si la législation (1) incite les structures d’accueil de la petite enfance à accueillir des enfants handicapés, il n’y a aucune obligation. Pourtant, les spécialistes médico-psychosociaux estiment que l’action précoce (éducation et intégration) est souvent la condition pour acquérir le maximum d’autonomie. L’insertion en milieu ordinaire leur semble déterminante pour le succès du projet thérapeutique (2).

Selon Christel Prado, vice-présidente de l’UNAPEI, "la plupart du temps, c’est déjà difficile d’obtenir une place en crèche et quand vous en obtenez une, on vous explique que le personnel n’est pas formé pour accueillir votre enfant. Elle observe que dans les Communes où les parents concernés sont très mobilisés, les enfants sont accueillis en crèche ou en halte-garderie."

La Ville de Versailles a constitué un pôle handicap. Des personnes ressources - aides médico-psychologique, psychomotriciennes, psychologues - interviennent en appui auprès des structures. Au multi-accueil du quartier Notre-Dame, la directrice Sandrine Poirson accueille des enfants porteurs de trisomie 21 et des enfants confrontés à des difficultés motrices ou sensorielles. Elle estime que cela fait totalement partie de ses missions. Elle souligne également le rôle préventif joué par la structure, pour des handicaps qui se révèlent bien après la naissance, comme par exemple des difficultés d’audition.

Cécile Herrou, la directrice de la halte-garderie Dagobert à Paris accueille 1/3 d’enfants en situation de handicap. Elle observe que l’accueil simultané de plusieurs enfants atteints de handicaps au sein d’un groupe d’enfants valides permet d’éviter un sentiment de solitude (2). La seule condition posée par la directrice pour l’admission est que l’enfant soit pris en charge par ailleurs par une équipe spécialisée.

La halte-garderie étant un mode de garde ponctuel, on peut également solliciter une assistante maternelle qui aura été formée à l’accueil des enfants handicapés.

L’entrée en maternelle davantage structurée

A l’école maternelle, les conditions d’accueil sont plus structurées, surtout depuis la loi de 2005. La loi pose le principe que tout enfant présentant un handicap ou un trouble invalidant de santé peut à la demande de ses parents être scolarisé dans l’établissement de son quartier.


Dans les faits, "un enfant est de plus en plus difficilement accepté à l’école sans la présence d’un Auxiliaire de vie scolaire", observe Christel Prado de l’UNAPEI. La décision d’attribution d’un AVS relève de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), de même que les modalités de scolarisation : temps plein ou partiel.

Les Classes d’intégration scolaires

Il existe également des CLIS, classes d’intégration scolaire, parfois en maternelle pour les enfants sourds, le plus souvent en élémentaire (3). C’est un dispositif impliquant tous les enseignants de l’école. Elle a pour mission d’accueillir une douzaine d’élèves en situation de handicap pour leur permettre de suivre totalement ou partiellement un cursus scolaire ordinaire. L’enfant est amené à partager certaines activités scolaires avec les élèves valides de même niveau scolaire. Là encore c’est la CDAPH qui oriente les enfants en CLIS.

 

L’insertion en milieu spécialisé des jeunes enfants

 

Jardins d’enfants spécialisés

On trouve également des jardins d’enfants et des haltes-garderies spécialisées qui accueillent des jeunes enfants en situation de handicap de deux à six ans qui ne peuvent être admis ni en crèche, ni en maternelle.

Les établissements médico-éducatifs

Les structures d’accueil spécialisées par handicap proposent le plus souvent une prise en charge globale de l’enfant (3).

- Les instituts d’éducation motrice (IEM) accueillent les enfants confrontés à une déficience motrice, incompatible avec la fréquentation d’un milieu scolaire ordinaire.

- Les instituts d’éducation spécialisé pour les déficients auditifs (IESDA).

- Les instituts d’éducation spécialisé pour les déficients visuels (IESDV).

- Les instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP) accueillent les enfants qui présentent des difficultés psychologiques.

- Les instituts médico-éducatifs (IME) s’adressent aux jeunes de trois à vingt ans confrontés à une déficience à prédominance intellectuelle.

Les établissements publics scolaires

Ce sont des établissements scolaires spécialisés qui accueillent également de très jeunes enfants.

- L’Institut national des jeunes sourds (INJS) accueille des enfants de 3 à 21 ans pour un enseignement général, technique et professionnel.

- L’Institut national des jeunes aveugles est un établissement public national. Il soutient les familles d’enfants déficients visuels de 0 à 6 ans en accompagnant l’enfant sur son lieu de vie : crèche, école maternelle. C’est également un établissement scolaire qui va des classes élémentaires à la terminale. Il suit également des élèves de tous niveaux qui choisissent de poursuivre une scolarité en milieu scolaire ordinaire.


(1) Décret n°2000-762 du 1er août 2000 relatif aux établissements et services d’accueil des enfants de moins de six ans.
(2) "L’intégration collective de jeunes enfants handicapés", Cécile Herrou et Simone Korff-Sausse, éditions Erès..
(3) "Handicap, le guide pratique", éditions Prat.



La rédaction de BébéVallée

Les associations au cœur des dispositifs pour les handicapés

Les associations ne sont pas là pour représenter seulement les personnes handicapées et leur famille, elles interviennent bien au-delà, aussi en tant que gestionnaires d’établissements. 90% des services et établissements accueillant des personnes en situation de handicap en France sont aujourd’hui gérés par les associations (*).
"Handicap, le guide pratique", éditions 2009.


Le saviez-vous ?

 


Technorati , ,

 
Favoris:  scoopeo:L’éveil de bébé  fuzz:L’éveil de bébé tapemoi:L’éveil de bébé nuouz:L’éveil de bébé blogmemes:L’éveil de bébé bookeet:L’éveil de bébé pioche:L’éveil de bébé digg:L’éveil de bébé del.icio.us:L’éveil de bébé spurl:L’éveil de bébé wists:L’éveil de bébé simpy:L’éveil de bébé newsvine:L’éveil de bébé blinklist:L’éveil de bébé furl:L’éveil de bébé reddit:L’éveil de bébé fark:L’éveil de bébé blogmarks:L’éveil de bébé Y!:L’éveil de bébé smarking:L’éveil de bébé magnolia:L’éveil de bébé segnalo:L’éveil de bébé
Identification
65 connectés Identifiants perdu ?

Vous êtes ici: Accueil de BébéVallée > Autour de Bébé > Un bébé différent > Choisir le mode d’intégration de son enfant

À propos | Conditions Générales d'Utilisation | Presse | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter

BébéVallée © Copyright Exagame 2004-2009 - Tous droits réservés

Bébé ValléeForum sur la grossesseDictionnaire des prénomsAlimentation grossesseCalcul grossesseIndex BébéValléeBaby ValleyBebés Valle