J’ai accouché à la maison


Ce témoignage fait partie de notre grand dossier “Un accouchement qui nous ressemble


Mai 2009


Sonia a choisi de donner naissance à ses deux enfants chez elle, par désir d’avoir une part active dans son accouchement. Une expérience douloureuse, mais fondatrice !



Bébévallée : Qu’est-ce qui vous a décidé à choisir d’accoucher à la maison ?

 

Sonia : Au début de ma grossesse, je n’avais pas entendu parler de cette possibilité. C’est une amie qui m’en a parlé, me voyant si rétive devant la perspective d’accoucher à l’hôpital. Je me sens en effet mal à l’aise dans les environnements médicalisés, et surtout, je voulais être accouchée par la personne qui me suivrait pendant toute la grossesse. Cet aspect était important pour moi. Je me suis donc renseignée, j’ai rencontré une sage femme qui proposait d’accoucher à domicile et, ayant eu un bon contact avec elle, j’ai choisi cette possibilité. 

 

Vous n’êtes donc jamais allée à l’hôpital pendant toute votre grossesse ? 

 

Je m’y suis inscrite, pour pouvoir y être transférée en cas d’accouchement compliqué, mais aussi pour me laisser la possibilité d’y aller si je changeais d’avis au dernier moment. Sinon, la totalité du suivi de ma grossesse a été effectuée par la sage femme soit à mon domicile, soit chez elle. 

 

C’est donc votre sage femme qui vous a préparée à l’accouchement ? 

 

Oui, la sage femme et la doula. La doula est une personne qui accompagne la future mère pendant la grossesse, l'accouchement et la période postnatale. Elle n’a pas un rôle médical mais plus global. Je ne connaissais pas cette profession avant que la sage femme ne m’en parle. Au début, elle a surtout travaillé avec le papa, qui avait besoin d’être rassuré sur cette perspective d’accouchement à la maison. De mon côté, j’ai pu lui poser toutes les questions qui m’habitaient, et que se posent les femmes qui attendent leur premier enfant. La sage femme, en plus des examens mensuels classiques, m’a appris à entrer en contact avec mon bébé, et l’a fait elle-même. Le suivi de ma grossesse a donc eu un aspect très humain, et c’était important pour moi que se crée un lien avec la personne qui allait mettre mon enfant au monde. 

 

Quelles sont les conditions requises pour accoucher à la maison ? 

 

J’avais peur que cela implique une logistique énorme, j’imaginais qu’il fallait bâcher toute la maison… Pas du tout ! J’ai accouché de mon premier enfant dans une maison en travaux, dans laquelle seules notre chambre et la salle de bain étaient terminées. Cela n’a posé aucun problème. Côté matériel, nous avons utilisé quelques serviettes et sacrifié un drap, c’est tout ! En revanche, on ne peut pas avoir de péridurale quand on accouche chez soi. 

 

L’absence de recours à la péridurale ne vous a-t-elle pas fait peur ? 

 

Au contraire, c’est la péridurale qui m’inquiétait ! J’avais quand même peur de ne pas parvenir à gérer ma douleur, de ne pas tenir dans la durée, car un premier accouchement est souvent très long. 

 

Racontez nous votre accouchement… 

 

J’ai donc accouché chez moi, dans ma chambre, entourée du papa, de la sage femme et de la doula. Le travail a été long et douloureux, mais j’ai pu choisir les positions qui me soulageaient le plus. Pour cela, le fait d’être mobile, de pouvoir me mettre debout, ou accroupie a été capital pour moi. Il me semble que je n’aurais pas su gérer la douleur si j’avais dû rester allongée sur un lit ! J’ai eu la chance de voir monter la douleur très progressivement, ce qui m’a permis de m’y habituer, de l’apprivoiser en quelque sorte ! Ce qui est certain, c’est que la douleur sert aussi de guide pour trouver les positions les plus efficaces pour accompagner la descente du bébé.


Après ces logues heures de travail, mon fils est venu soudain très vite. J’ai pu le prendre tout de suite sur moi, le papa n’a coupé le cordon qu’au bout d’une heure, quand les échanges entre la mère et l’enfant étaient achevés. C’était un moment très paisible, au calme, dans la pénombre du crépuscule, éclairé par quelques bougies. Et puis il y a la magie du bébé qui est là, et qui vous fait réellement oublier sur le champ toute la douleur que vous avez traversée. 

 

Comment se passent les jours suivant l’accouchement ? 

 

La sage-femme et la doula ont été très présentes car l’allaitement a été difficile à mettre en place et je crois que, sans leur soutien, j’aurais renoncé ! Ce sont elles aussi qui m’ont accompagnée quand j’attendais ma fille et elles sont toutes deux restées proches de moi encore aujourd’hui. 

 

Qu’aimeriez vous dire aux jeunes mères qui se posent la question ? 

 

Je pense qu’il ne faut pas avoir d’idée préconçue mais plutôt discuter avec des femmes qui ont vécu l’expérience. Parce que ce n’est pas toujours idyllique, parfois, la naissance se termine à l’hôpital… Je crois qu’il faut savoir aussi pourquoi on a envie d’accoucher chez soi. Pour ma part, rien ne me prédestinait à accoucher à la maison, et ce sont les sensations ressenties au début de ma grossesse (mon malaise devant l’hôpital, mon envie d’être maître de mon accouchement) qui m’y ont menée. Je suis heureuse de l’avoir vécu. Cela m’a fait grandir en tant que femme. J’ai vu que j’étais capable d’écouter mon corps, de gérer la douleur et de trouver moi-même des solutions pour la traverser. Cela a été un passage très important dans ma vie.

La rédaction de BébéVallée


Retour aux témoignages

Identification
86 connectés Identifiants perdu ?

Vous êtes ici: Accueil de BébéVallée > Autour de Bébé > Un accouchement qui nous ressemble > J’ai accouché à la maison

À propos | Conditions Générales d'Utilisation | Presse | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter

BébéVallée © Copyright Exagame 2004-2009 - Tous droits réservés

Bébé ValléeForum sur la grossesseDictionnaire des prénomsAlimentation grossesseCalcul grossesseIndex BébéValléeBaby ValleyBebés Valle