Mon enfant et son doudou, quelle histoire d’amour !


Ce témoignage fait partie de notre grand dossier “Pouces, tétines, doudous ?


Juillet 2008


A 3 mois, le fils de Maya a reçu un lapin nommé... Lapinou. Ce doudou, qui a accompagné Guillaume pendant ses premières années, a depuis perdu son aspect d’origine. Mais il a toujours sa place sur une étagère de la chambre.



Bébévallée : Quand Lapinou est-il entré dans la vie de votre fils ?

Maya : Nous l’avons acheté quand Guillaume avait 3 mois. C’était un lapin blanc, décoré de touches de bleu marine, et équipé d’une boîte à musique. Guillaume l’a tout de suite adopté en le portant à sa bouche. Le soir, il s’endormait en le tenant dans les bras au son de la musique. C’était des moments très agréables.

 

Le gardait-il toujours avec lui ?

 

Non, la nounou de Guillaume nous avait conseillé de le laisser dans son lit. Pour lui, Lapinou était associé au sommeil, la nuit et pendant les siestes. Il le réclamait pour s’endormir en demandant « Pinou, Pinou » quand il commençait tout juste à parler, et lui faisait un bisou pour lui souhaiter bonne nuit. Quand il dormait hors de la maison, chez ses grands parents par exemple, la présence de Lapinou le réconfortait.

 

Comment preniez vous soin de Lapinou ?

 

Il y a eu plusieurs étapes ! Au début, nous en prenions le plus grand soin, le lavant à la main. Puis Lapinou a un jour perdu sa boîte à musique. Au fur et à mesure que Guillaume grandissait, le Lapin se détériorait. Nous l’avons « opéré » à maintes reprises, en le recousant ou en mettant des pièces sur les parties les plus abîmées. Certains proches le considéraient comme un horrible chiffon et soutenaient qu’il fallait le laisser tomber. Mais moi j’y étais attachée, je le trouvais mignon ! Sans doute parce que cette peluche était associée à la toute petite enfance de mon fils.

 

Guillaume n’a-t-il jamais perdu son doudou ?

 

Oh si, à plusieurs reprises. Je ne compte plus les fois où j’ai cherché Lapinou dans tout l’appartement, ouvrant les tiroirs, les placards et inspectant tous les recoins de la maison où Guillaume aimait bien cacher son doudou. Je l’appelais, et Guillaume avec moi : « Lapinou, où es tu ? » Généralement, nous le retrouvions assez vite. Mais un jour Lapinou a disparu pour de bon. Guillaume était tellement triste que pour le consoler, je lui ai raconté que son doudou était parti en voyage, en Australie, et qu’il ne fallait pas s’inquiéter pour lui. Pourquoi l’Australie ? Sans doute parce que mon fils devait aimer les kangourous à cette époque. Une fois au bureau, j’ai rédigé une lettre écrite par Lapinou, dans laquelle j’ai inséré des photos de kangourous récupérées sur Internet. Lapinou expliquait qu’il était ravi de son voyage, qu’il s’amusait bien et qu’il ne fallait pas s’inquiéter pour lui. Je l’ai adressée à Guillaume et postée. En recevant la lettre, Guillaume a vraiment cru à cette histoire ! Il se trouve que quelques jours plus tard, nous avons retrouvé Lapinou… Tout content de rentrer d’Australie !

 

Comment la relation de Guillaume et de Lapinou a-t-elle évolué au fil des années ?

 

Quand Guillaume était bébé, la présence de Lapinou le rassurait, et moi aussi d’ailleurs ! Je dirais que Lapinou, au fil des mois, a contribué à l’épanouissement de Guillaume. C’est avec lui qu’il a commencé à communiquer quand il a pu dire quelques mots. Puis Lapinou est devenu le bébé de Guillaume, qui lui faisait des bisous, le soignait quand il était malade, le faisait parler. Plus le temps passait, plus Guillaume devenait clairement le Papa de son doudou. Quand il est entré à l’école maternelle, il prenait Lapinou avec lui pour la sieste. Lapinou avait sa place dans la famille, c’était un élément de gaîté dans la maison.

 

Et aujourd’hui ?

 

Guillaume a 5 ans, il n’a plus de doudou pour dormir mais trois poissons rouges dont il s’occupe. Cependant Lapinou existe encore. Réduit à une tête, nous l’avons mis dans une housse protectrice pour qu’il n’achève pas de se désintégrer… Il n’est plus dans le lit de Guillaume mais sur une étagère

La rédaction de BébéVallée


L’allaitement maternel diminue le besoin de succion

Les bébés nourris au sein à la demande éprouveraient moins de besoins de sucer leur pouce, que les bébés alimentés au biberon, la durée des tétées étant plus élevée. Le besoin de succion semble également se réduire avec le portage du bébé par leurs mères pendant la journée.


Le saviez-vous ?

 

Retour aux témoignages

Identification
69 connectés Identifiants perdu ?

Vous êtes ici: Accueil de BébéVallée > Autour de Bébé > Pouces, tétines, doudous ? > Mon enfant et son doudou, quelle histoire d’amour !

À propos | Conditions Générales d'Utilisation | Presse | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter

BébéVallée © Copyright Exagame 2004-2009 - Tous droits réservés

Bébé ValléeForum sur la grossesseDictionnaire des prénomsAlimentation grossesseCalcul grossesseIndex BébéValléeBaby ValleyBebés Valle