Mère à 44 ans


Ce témoignage fait partie de notre grand dossier “Maman après 40 ans


Mars 2010


Véronique vient d’avoir son premier enfant à tout juste 44 ans, alors qu’elle n’y croyait plus. Son bébé est né à terme, à 4.2 kg, après une grossesse sans complication. De quoi lui donner envie de recommencer !



Bébévallée : Depuis combien de temps aviez vous ce projet d’enfant ?

 

Véronique : Quand j’ai rencontré mon compagnon, à 41 ans, nous avons assez vite essayé d’avoir un enfant. J’ai d’abord fait des examens de fertilité pour savoir si j’avais des chances de tomber enceinte ou pas. Les examens se sont révélés bons, puis j’ai découvert que j’étais enceinte six mois après, mais j’ai fait une fausse couche précoce. J’ai mis ensuite deux ans avant de tomber à nouveau enceinte. Quand j’ai fêté mon 43e anniversaire, je me suis dit "c’est cuit" et j’ai cessé d’espérer. Quatre mois plus tard, j’étais enceinte de Gabriel ! 

 

Comment avez-vous réagi quand vous avez découvert que vous étiez enceinte ? 

 

J’étais folle de joie et inquiète à la fois. Inquiète parce que j’avais déjà fait une fausse couche et que je savais que les risques de malformation augmentaient avec l’âge de la mère. Je me souviens aussi que ma gynécologue ne s’est pas montrée spécialement encourageante non plus. Bref, je n’osais pas trop y croire, et je n’ai parlé de ma grossesse qu’à très peu de personnes autour de moi.

 

Avez-vous bénéficié d’un suivi médical spécifique ?

 

Pas vraiment. J’avais une visite par mois comme toutes les futures mamans. J’ai quand même bénéficié d’une échographie dès le premier mois, afin de vérifier le rythme cardiaque. C’est ce qu’on appelle le test de viabilité. Et j’ai bien sûr fait une amniocentèse. Mais dès l’annonce de ma grossesse, j’ai choisi d’être suivie à l’hôpital, par une gynécologue spécialisée dans la médecine fœtale. C’était plus rassurant pour moi.

 

Comment s’est déroulée votre grossesse ?

 

Franchement, j’ai eu une grossesse que je souhaite à toutes les femmes ! Je n’ai eu aucune nausée ni aucune contraction pendant neuf mois. J’ai pu voyager, continuer à faire du sport. La seule difficulté a été la fatigue, grande pendant les premiers mois. Heureusement, comme j’ai créé mon entreprise, j’ai pu organiser mon temps. Souvent, je restais travailler à la maison, allongée, le matin, et ne partais au bureau que l’après-midi. Pour moi, cet enfant à venir était ma priorité, et je voulais lui donner toutes ses chances. Cela dit, j’ai continué à travailler jusqu’à la naissance du bébé ! 

 

Avez-vous pris des précautions particulières ? 

 

Aucune, à part le fait d’avoir aménagé ma façon de travailler. En revanche, je dois dire que je ne me suis vraiment sentie sereine qu’après les résultats de l’amniocentèse. Là, j’ai pu vraiment y croire, j’ai commencé à en parler plus largement autour de moi.

 

Vous sentiez vous différente des autres futures mères plus jeunes ?

 

Différente ? Peut-être, dans le sens où je me sentais avoir plus de recul sur ce que signifie avoir un enfant, les bouleversements que cela implique… Sur le plan physique, en tous cas, je n’avais rien à envier à mes "collègues" de l’aquagym prénatal ! J’avais du souffle et une tension basse, alors qu’il semble que l’hypertension est un risque qui accompagne les grossesses tardives. Avant ma grossesse, j’ai toujours fait du sport régulièrement : j’étais donc en bonne condition physique, et c’est cela qui m’a probablement aidée.

 

Votre accouchement s’est-il bien déroulé ?

 

Oui, sans problème particulier. J’ai accouché à terme, d’un bébé de 4.2 kg. Là encore, je vais à l’encontre de tout ce qu’on entend sur les bébés de mères de plus de 40 ans !

 

Comment vous sentez vous aujourd’hui avec votre bébé ?

 

Je crois que je ne suis toujours pas revenue de ce qui m’arrive ! Pendant la grossesse, je pensais que je serais une mère plutôt exclusive focalisée sur mon enfant, mais ce n’est pas le cas. Je ne me sens pas stressée pour le bébé, je vois qu’il grandit et grossit bien, donc je n’ai pas de source d’inquiétude. C’est sans doute aussi parce que son papa, qui a déjà eu deux enfants, est cool lui aussi ! En revanche, j’ai un sentiment d’urgence, en tout cas d’intensité, car je sais que le temps passe vite, je vois Gabriel grandir à vue d’œil, et je veux en profiter. Aussi parce que je ne suis pas sûre d’en avoir un autre !

 

Vous envisagez une deuxième grossesse ?

 

Je ne sais pas encore si cela sera gérable avec mon travail. Mais quand je vois la grossesse que j’ai eue et que je regarde mon fils, cela me donne envie de recommencer, oui !

 

Auriez vous un conseil à donner aux femmes de plus de 40 ans qui se posent la question d’avoir ou non un bébé ?

 

Je crois qu’il est important d’avoir une bonne condition physique initiale pour avoir des chances de vivre une belle grossesse, même si ce n’est pas une garantie. Je dirais aussi qu’il vaut mieux avoir un environnement matériel et affectif solide pour assumer l’arrivée d’un enfant. Dans les moments difficiles, je me dis que c’est vraiment important d’être à deux pour faire face !

La rédaction de BébéVallée


Retour aux témoignages

Identification
78 connectés Identifiants perdu ?

Vous êtes ici: Accueil de BébéVallée > Autour de Bébé > Maman après 40 ans > Mère à 44 ans

À propos | Conditions Générales d'Utilisation | Presse | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter

BébéVallée © Copyright Exagame 2004-2009 - Tous droits réservés

Bébé ValléeForum sur la grossesseDictionnaire des prénomsAlimentation grossesseCalcul grossesseIndex BébéValléeBaby ValleyBebés Valle