La fertilité après 40 ans


Cet article fait partie de notre grand dossier “Maman après 40 ans


Les statistiques sur la fertilité ne devraient pas être prises à la lettre. Les chances sont très variables d’une femme à l’autre, d’un couple à l’autre. Dame Nature est souvent inattendue !


Quand baisse la fertilité ?

 

Pour René Frydman, Gynécologue-obstétricien à l’Hôpital Antoine Béclère (Clamart), théoriquement une femme est en capacité de procréer jusqu’à la ménopause, mais dès 38/40 ans, les ovules perdent de leur vitalité et sont moins aptes à la fécondation. Une fois la fécondation réussie, il est également plus difficile pour l’embryon de s’accrocher à la muqueuse utérine.

C’est à partir de 30 ans que la fertilité commence à diminuer légèrement chez la femme et plus fortement à 35 ans : la probabilité d’avoir un enfant est de 25% par cycle à 25 ans, 12% à 35 ans, et de 6% à 40 ans et plus ! (1).

La fertilité baisse plus tardivement chez l’homme, mais aussi plus progressivement (2).

 

Des grossesses de plus en plus tardives

 

Pourtant, l’âge moyen à l’accouchement augmente depuis 30 ans. En 2009, il s’établit, en France, à presque 30 ans (29,9). La part des enfants nés de mères de 35 ans a également progressé en 2009 et atteint 22 % en France. Elle a presque quadruplé en 30 ans (3).

 

Un bilan de sa fertilité pour savoir

 

Il comprend plusieurs examens (1) :

L’évolution de la température. Il s’agit de prendre sa température chaque matin pendant trois mois. Une température de 37° marque la période d’ovulation.


L’examen de la glaire cervicale au moment de l’ovulation : c’est elle qui va attirer les spermatozoïdes !


Les dosages hormonaux : une prise de sang à certains moments du cycle permet d’évaluer les facultés ovulatoires.


L’échographie pelvienne pour observer le volume des ovaires au début du cycle et le nombre de follicules (petits œufs à la surface de l’ovaire dans lesquels se développent les ovocytes).

Pour les hommes : le spermocytogramme permet de mesurer la fertilité masculine : nombre de spermatozoïdes, mobilité, taille, forme.

Au regard des examens, le médecin laissera la nature jouer, optera pour une méthode de procréation assistée ou demandera des tests plus approfondis pour explorer l’utérus, les ovaires ou les trompes.

 

Traiter l’infertilité après 40 ans

 

Les cas de stérilité augmentent également avec l’âge : il existe 3% de femmes stériles à 20 ans, 10% à 30 ans, 31% à 40 ans.


La stimulation ovarienne : c’est la toute première étape de la Procréation Médicalement Assistée (PMA). Il s’agit d’administrer des hormones pour aider les ovaires. Les chances de réussite dépendent des causes de l’infertilité, de l’âge.

L’insémination artificielle : elle est proposée quand la stimulation ovarienne ne suffit pas. Il s’agit, lors de la période d’ovulation, de déposer, à l’aide d’un cathéter, le sperme du conjoint ou d’un donneur dans l’utérus de la femme (1). Le taux de réussite est de 12% en moyenne, après 40 ans, mais les chances se réduisent de moitié chaque année supplémentaire.

La fécondation in vitro : La fécondation a lieu en laboratoire, un ou plusieurs embryons sont déposés dans l’utérus à l’aide d’un cathéter. Le taux de réussite est en moyenne, après 40 ans, de 15 à 20% par cycle.

Au delà de 43 ans, observe le docteur Frydman, les chances sont très réduites : il y a 99% d’échec. A ce titre, les actes de PMA ne sont pas remboursés par la sécurité sociale au-delà du jour du quarante-troisième anniversaire.


Pour en savoir plus sur la stérilité et la PMA, consultez notre article :

http://www.bebevallee.com/autour-de-bebe/un-reve-de-bebe-1/la-sterilite-44/


(1) "Les grossesses tardives", René Frydman, éditions Hachette Pratique.
(2) "Le bonheur d’être mère, la grossesse après 35 ans", Michel Tournaire, éditions Odile Jacob.
(3) "Bilan démographique 2009", INSEE, janvier 2010.



La rédaction de BébéVallée

Bébés : les quarantenaires mettent le turbo

Aujourd’hui près de 30.000 femmes de 40 ans et plus donnent naissance à un enfant. C’est plus de trois fois plus qu’en 1980. Cette année là, le nombre avait fortement diminué à 8.600 naissances. Au cours du 20ème siècle, c’est au lendemain de la seconde guerre mondiale que le nombre de naissances a été le plus élevé chez les quarantenaires : 40.800 naissances en 1950 ! (Source : INSEE)


Le saviez-vous ?

 


Technorati , ,

 
Favoris:  scoopeo:L’éveil de bébé  fuzz:L’éveil de bébé tapemoi:L’éveil de bébé nuouz:L’éveil de bébé blogmemes:L’éveil de bébé bookeet:L’éveil de bébé pioche:L’éveil de bébé digg:L’éveil de bébé del.icio.us:L’éveil de bébé spurl:L’éveil de bébé wists:L’éveil de bébé simpy:L’éveil de bébé newsvine:L’éveil de bébé blinklist:L’éveil de bébé furl:L’éveil de bébé reddit:L’éveil de bébé fark:L’éveil de bébé blogmarks:L’éveil de bébé Y!:L’éveil de bébé smarking:L’éveil de bébé magnolia:L’éveil de bébé segnalo:L’éveil de bébé
Identification
80 connectés Identifiants perdu ?

Vous êtes ici: Accueil de BébéVallée > Autour de Bébé > Maman après 40 ans > La fertilité après 40 ans

À propos | Conditions Générales d'Utilisation | Presse | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter

BébéVallée © Copyright Exagame 2004-2009 - Tous droits réservés

Bébé ValléeForum sur la grossesseDictionnaire des prénomsAlimentation grossesseCalcul grossesseIndex BébéValléeBaby ValleyBebés Valle