Diversification : la première cuillère de bébé


Cet article fait partie de notre grand dossier “Les besoins nutritionnels de bébé


Pas facile de démarrer la première cuillère. Bébé ne sera pas toujours ouvert aux changements. La patience, la douceur et la ruse seront vos principaux alliés.


Il y a une dizaine d’années, la diversification commençait dès quatre mois. Aujourd’hui, nombre de pédiatres ne la recommandent plus du fait des allergies alimentaires et au titre de la prévention de l’obésité. C’est un sujet à aborder avec son médecin, certains bébés s’accommoderont très bien d’une purée de carotte dès cinq mois !

 

Courage !

 

La diversification est un processus long, parfois même laborieux ! Il faut introduire un aliment nouveau à la fois et laisser un intervalle de quelques jours entre chacun ! Il est également recommandé de ne proposer qu’un changement à la fois : autrement dit ne proposez pas de carottes à bébé à la petite cuillère si les deux lui sont inconnus. A partir de neuf mois, c’est la texture des aliments qui peut évoluer - lisse, écrasée ou en morceaux - en fonction de la capacité de mastication et de déglutition de l’enfant, mais aussi de sa maturité.

 

Sucré / salé ?

 

En général, les légumes sont introduits lors du repas du midi et les fruits au goûter.
Reste à faire le choix du premier légume et du premier fruit : il n’y a vraiment pas de règles, cela dépend des cultures.
En France c’est plutôt la purée de carotte qui l’emporte, alors que les Anglais commencent par la pomme de terre et les asiatiques par la bouillie de riz ! La règle est d’introduire - du moins le premier mois - un nouvel aliment par semaine. On peut commencer par la carotte la première, puis ajouter les pommes de terre la seconde et ainsi de suite.
Pour démarrer en douceur les fruits, on commence en général en France par la pomme, puis on y associe progressivement d’autres fruits très doux et digestes comme la poire, le coing, les pruneaux et la banane.
Quand bébé a franchi le premier cap, on peut varier à loisirs ses menus.

 

Le choix de la méthode

 

On peut démarrer directement par quelques cuillères de légumes, en complétant par une tétée ou un biberon de lait. Il ne faut pas s’attendre à plus de 3/4 cuillères la première fois. Il prendra chaque jour des cuillères supplémentaires et vous arriverez assez rapidement à 125 grammes, puis à 200 grammes, la contenance des petits pots pour six/huit mois.

 

Eviter les blocages

 

Il ne faut surtout pas le forcer pour éviter les blocages. Il suffit de lui représenter un autre jour la cuillère ou d’opter pour la méthode du biberon lait + légumes si vous êtes découragé. Mieux vaut y aller en souplesse et en douceur. C’est la constance et la régularité qui vont payer ! Un bébé bien câliné sur les genoux de maman ou de papa finira bien par craquer. Dès qu’il a accepté son premier petit pot, on peut opter pour la chaise haute.

 

Le best of des légumes et des fruits

 

Les carottes, stars incontestées
Elle séduit les bébés par son goût sucré. Sa valeur calorique est à peine plus élevée (31 kcal/100 grammes) que les autres légumes : elle comporte plus de glucides. Elle ne manque également pas d’atouts : elle est riche en vitamine A, essentielle à la croissance et à la lutte contre les infections. Elle est également riche en fibres et régularise le transit intestinal, selon son mode de cuisson. Crue, elle lutte efficacement contre la constipation. A l’inverse cuite, elle est parfaite pour les diarrhées.
Il est préférable de consommer des carottes Bio, c’est un des légumes les plus chargés en nitrate.
Les légumes les mieux tolérés par l’estomac de bébé : les haricots verts, les épinards, les courgettes (sans pépin et sans peau), les blancs de poireaux, à mélanger avec des pommes de terre pour adoucir le goût.


Les plus appréciés : les carottes, le potiron, le panais.
Plus difficiles à digérer : les choux, choux-fleurs, salsifis, le vert des poireaux.
Pour adoucir le goût on peut y ajouter des féculents. Au-delà de la pomme de terre, il y a également le riz à mixer avec les légumes. C’est un aliment qui n’est pas connu comme allergène. L’amidon de riz étant facilement digéré
Côté fruits, bébé ne boudera pas les saveurs sucrées.

Pomme : la reine des fruits
La banane sera toujours très appréciée par les bébés, mais elle peut favoriser la constipation, alors que la pomme est parfaite pour le transit et bien d’autres choses.
C’est un vieux dicton anglo-saxon qui le dit "An apple a day keeps the doctor away", "Une pomme par jour tient le docteur au loin".
Elle est pauvre en calories (54 Kcal/ 100 grammes), mais riche en glucides. L’apport en fibre pour le transit intestinal est également loin d’être négligeable. Elle peut contenir plus de 30 minéraux. Sa teneur en vitamine C est appréciée pour renforcer les défenses immunitaires, sous réserve de préparer les compotes avec la peau et avec des pommes de préférence issues de l’agriculture biologique.
La pomme contient également une grande variété d’antioxydants (toujours avec la peau), efficaces pour les plus grands pour prévenir les cancers et les maladies cardiovasculaires et pour les plus petits, elle aurait également des vertus pour les problèmes respiratoires et notamment les bronchites asthmatiformes.
Elle est à la fois laxative quand elle consommée crue et parfaite contre les diarrhées quand elle est cuite.

Les fruits les plus appréciés : la banane, l’abricot, la fraise (à éviter dans les familles déjà allergiques).


Les plus riches en vitamines : le pamplemousse, les mandarines. Ce sont aussi les plus acides au goût.


A éviter : les fruits exotiques et les fruits non cuits (exception faite des bananes) qui peuvent provoquer des maux de ventre.

 

 

Ce document est extrait du livre "Mon bébé mange bien de 0 à 1 an"
Auteur : Sylvie GRAVIER
Edition Ideo



La rédaction de BébéVallée

Les laits d’animaux ou végétaux peuvent générer des carences

En cas d’intolérance au lait de vache, on peut être aussi tenté par d’autres laits d’animaux ou les laits végétaux. Cela ne peut pas se faire sans contrôle médical, car ils ne contiennent pas les mêmes éléments nutritifs que le lait de vache et sont susceptibles de générer des carences.
Le lait de chèvre comprend, par exemple, moins de fer, d’acide folique et de vitamine B, en revanche il est plus digeste que le lait de vache. Même réponse pour le jus d’amandes, qui nécessite des compléments en glucides, calcium et vitamine D. C’est le lait d’ânesse et le lait de jument qui sont les plus proches par leur composition du lait féminin, bien qu’elles ne soient pas équivalentes.
Ces laits peuvent également provoquer des allergies. Si la protéine responsable est la caséine, le bébé risque de ne pas tolérer les autres laits d’animaux. Le principe est le même pour les jus végétaux : les céréales (soja, riz) ou les oléagineux (amandes) pouvant être également responsables d’allergies.


Le saviez-vous ?

 


Technorati , , ,

 
Favoris:  scoopeo:L’éveil de bébé  fuzz:L’éveil de bébé tapemoi:L’éveil de bébé nuouz:L’éveil de bébé blogmemes:L’éveil de bébé bookeet:L’éveil de bébé pioche:L’éveil de bébé digg:L’éveil de bébé del.icio.us:L’éveil de bébé spurl:L’éveil de bébé wists:L’éveil de bébé simpy:L’éveil de bébé newsvine:L’éveil de bébé blinklist:L’éveil de bébé furl:L’éveil de bébé reddit:L’éveil de bébé fark:L’éveil de bébé blogmarks:L’éveil de bébé Y!:L’éveil de bébé smarking:L’éveil de bébé magnolia:L’éveil de bébé segnalo:L’éveil de bébé
Identification
71 connectés Identifiants perdu ?

Vous êtes ici: Accueil de BébéVallée > Autour de Bébé > Les besoins nutritionnels de bébé > Diversification : la première cuillère de bébé

À propos | Conditions Générales d'Utilisation | Presse | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter

BébéVallée © Copyright Exagame 2004-2009 - Tous droits réservés

Bébé ValléeForum sur la grossesseDictionnaire des prénomsAlimentation grossesseCalcul grossesseIndex BébéValléeBaby ValleyBebés Valle