Ma première grossesse


Ce témoignage fait partie de notre grand dossier “La grossesse, mois par mois


Février 2008


A 33 ans, Sabine est maman d’un petit Théo, âgé de 5 semaines. Elle nous livre ses souvenirs d’une grossesse qui était la première pour elle.



Bébévallée : Globalement, cette grossesse est-elle un bon ou un mauvais souvenir ?

Sabine : Oui, j’en garde un très bon souvenir. J’étais déjà très heureuse de savoir que j’étais enfin enceinte, car cela faisait plus d’un an que mon mari et moi essayions d’avoir un bébé… Nous sommes partis vivre six mois aux Etats-Unis, près de New York, et j’ai mené une vie normale : nous avons voyagé, j’ai pu faire du sport et suivre la formation que j’avais prévu de faire. J’ai pu continuer à porter mes vêtements pendant les cinq premiers mois ! « Mais où caches tu ton bébé ? » me demandaient les personnes à qui j’apprenais ma grossesse.

 

Avez-vous été malade le premier trimestre ?

Pas du tout. Je n’ai eu ni nausée ni dégoût alimentaire. La seule chose qui ne me faisait plus envie était les coquilles saint-jacques : un handicap assez limité, somme toute ! Je ne me sentais pas non plus très fatiguée, malgré les cours que je suivais à la fac et qui nécessitaient beaucoup de transport en commun. J’arrivais très bien à me concentrer, je ne me sentais pas différente des autres étudiants sur ce point. Je pouvais aussi sortir le soir, mais je me couchais quand même plus tôt que d’habitude.

 

Quel souvenir gardez-vous de la première échographie ?

C’était mignon : Théo ne faisait pas plus de 5 mm de long. C’était assez fascinant de voir cette toute petite forme, même si je ne me rendais pas vraiment compte encore. Le plus marquant pour moi fut d’entendre battre le cœur du bébé : tout à coup, cela devenait vraiment réel d’écouter cette vie qui bat ! J’ai d’ailleurs versé quelques larmes.

 

Avez-vous changé de mode de vie pendant la grossesse ?

Pas vraiment, puisque j’ai pu continuer à voyager, faire du sport (de la natation surtout, jusqu’à la fin), travailler. J’ai juste arrêté de boire de l’alcool et de fumer, même si je ne fumais que quelques cigarettes de temps en temps avant ma grossesse.

 

Avez-vous reçu beaucoup de conseils de votre entourage ? Les avez-vous suivis ?

Je n’ai pas reçu beaucoup de conseils car j’étais loin de mes proches, et les amies que j’ai pu me faire aux Etats-Unis n’avaient pas d’enfant. En revanche, j’ai lu beaucoup d’ouvrages sur la grossesse et la maternité. J’entrais dans un monde nouveau, totalement inconnu pour moi et que j’avais envie de découvrir. Lire des livres permet d’appréhender la grossesse et toutes les transformations du corps de façon différente, plus intéressante, me semble-t-il.

 

Comment se sont déroulés les deux derniers trimestres ?

Pour moi, il y a eu vraiment un tournant au début du sixième mois. J’avais mené à bien le plus gros de ma formation et je me sentais plus disponible pour me concentrer sur ma grossesse. C’est à partir là que j’ai commencé à beaucoup lire, à écouter des disques de musique classique que je partageais avec le bébé, en posant des écouteurs sur mon ventre. C’est aussi après le sixième mois que mon ventre s’est mis à pousser.
Le dernier mois a été plus difficile, car mon ventre était énorme. Je ressentais des douleurs dans les hanches et dans les genoux. Mais ce sont surtout les tout derniers jours qui étaient pénibles. Le matin, j’avais un mal fou à sortir de mon lit. Chaque jour post terme me semblait durer une éternité !

 

Etiez vous inquiète pour l’accouchement ?

Non, pas du tout, j’étais confiante, et contente d’accoucher. Je ne pensais pas que ce serait sans douleur, bien sûr, mais comme j’ai fait beaucoup de yoga, je pensais être en mesure de la gérer. J’imaginais l’accouchement comme un événement naturel.

 

Avez-vous suivi une préparation à l’accouchement ? Ces cours vous ont-ils aidés ?

J’ai suivi des cours de préparation basés sur la sophrologie. C’était agréable sur le moment, mais franchement, ils ne m’ont pas du tout préparée à la réalité de mon accouchement, qui a été très difficile. Ce qu’on nous décrivait ne correspondait pas à ce que j’ai vécu. J’aurais aimé qu’on m’apprenne à faire preuve d’ouverture d’esprit et d’humilité, pour accepter que les choses ne se passent pas forcément comme on l’aurait souhaité.

 

Votre bébé est-il arrivé à terme ?

Il est arrivé 9 jours après le terme ! Le gynéco a décidé de déclencher le travail car le bébé faisait 3.8 kg. Mais malgré le gel, l’ocytocine et la péridurale, mon col ne s’est pas ouvert. J’avais pourtant des contractions très rapprochées et douloureuses. Le médecin a décidé de faire une césarienne au bout de 24h quand il a constaté que le bébé supportait mal le travail. Ce fut une grande déception pour moi, qui désirais tellement un accouchement naturel. La césarienne a été en revanche très rapide et, 20 minutes après mon entrée au bloc opératoire, j’ai entendu mon mari me dire : « C’est un garçon ! ». On a posé Théo qui criait sur ma poitrine, je me suis mise à lui parler et il s’est tu dès qu’il a entendu le son de ma voix.

 

Propos recueillis par Marie-Pierre Noguès-Ledru

La rédaction de BébéVallée


Retour aux témoignages

Identification
81 connectés Identifiants perdu ?

Vous êtes ici: Accueil de BébéVallée > Autour de Bébé > La grossesse, mois par mois > Ma première grossesse

À propos | Conditions Générales d'Utilisation | Presse | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter

BébéVallée © Copyright Exagame 2004-2009 - Tous droits réservés

Bébé ValléeForum sur la grossesseDictionnaire des prénomsAlimentation grossesseCalcul grossesseIndex BébéValléeBaby ValleyBebés Valle