Adopter en France : une voie marginale


Cet article fait partie de notre grand dossier “Adopter aujourd’hui


Les adoptions nationales sont en baisse : difficile de compter exclusivement sur cette voie d’adoption.


Qui sont les enfants adoptables ?

 

Il y a environ 800 adoptions d’enfants nationaux chaque année (1). Mais la part des adoptions nationales dans le total des adoptions tend à diminuer.

Les adoptions se font surtout pour les pupilles de l’Etat, ce sont les enfants que l’on appelait autrefois « de l’assistance publique ». Il s’agit d’enfants recueillis par les services de l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Ils n’ont plus de parents soit parce qu’ils ont été abandonnés, soit parce qu’ils sont orphelins ou ont été placés par un juge qui a déchu les parents de leur statut.

Mais, parmi les pupilles de l’Etat, tous ne sont pas adoptables. Chaque année, seulement un enfant sur trois est placé en vue de son adoption. L’âge de l’enfant, son état de santé ou sa place dans la fratrie justifient son non-placement en vue de l’adoption.

 

Des enfants placés, mais pas adoptables

 

Les autres enfants sont la plupart du temps dans une situation intermédiaire : l’enfant est placé sous la responsabilité des services de l’Aide sociale à l’enfance, mais il continue à avoir des liens avec sa famille : il faut prouver que les parents de l’enfant s’en sont manifestement désintéressés pour qu’une déclaration judiciaire d’abandon soit prononcée. Pour les acteurs de la petite enfance, le placement d’un enfant en vue de son adoption, alors qu’il possède déjà une famille, est considéré comme un échec, c’est l’ultime recours.

 

Comment déposer sa candidature ?

 

Vous avec la possibilité de vous adresser au Service social d’aide à l’enfance du Conseil général de votre Département ou de contacter un organisme privé agréé par votre département : les Organismes autorisés pour l’adoption (OAA). Ils peuvent recueillir directement des enfants que les parents ne souhaitent pas remettre à l’Aide sociale à l’enfance.

 

Les démarches à accomplir

 

Pour les deux voies d’adoption, il faut constituer un dossier contenant : 
- une lettre de motivation
- l’agrément obtenu par le Conseil général
- le rapport de l’enquête sociale
- le bilan psychologique
- les photos des parents et de leur cadre de vie.

Les candidats à l’adoption sont ensuite reçus par les responsables de l’organisation pour définir leur projet d’adoption (2).

 

La mise en relation

 

Quand l’ASE ou l’OAA organisent une mise en relation, ils reçoivent d’abord les futurs parents pour leur communiquer tous les éléments d’information sur l’enfant : vécu, état de santé, âge… puis ils imposent aux parents un délai de réflexion avant d’organiser la première rencontre.

 

La première rencontre

 

Elle se fait toujours en présence de la responsable de la pouponnière, de l’assistante maternelle, de l’assistante sociale ou d’un représentant des OAA. Puis les visites se multiplient pour laisser aux parents et à l’enfant le temps de faire connaissance. Ensuite, c’est l’enfant qui se rend au domicile de ses nouveaux parents, en compagnie de son assistante sociale qui finit par le confier une journée entière puis plusieurs et définitivement.

 

Un suivi avant l’adoption définitive

 

Ultime étape de ce long parcours : ce n’est que six mois après l’accueil définitif de l’enfant qu’est prononcé le jugement de l’adoption. Dans l’intervalle, une assistante sociale ou un responsable de l’OAA assurent un suivi de l’enfant avec de fréquentes visites à son nouveau domicile.

(1) Rapport sur l’adoption, Jean-Marie Colombani, La Documentation française.
(2) Le guide de l’adoption, Janine Peyré, éditions Marabout.



La rédaction de BébéVallée

La formation des parents adoptants

Un certain nombre de pays de l’Union Européenne (Suède, Belgique, Grande-Bretagne, Italie, Espagne) imposent aux candidats à l’adoption un cursus de formation pour mieux comprendre les spécificités de la parentalité adoptive, et ce, avant même l’obtention de l’agrément.


Le saviez-vous ?

 


Technorati , , ,

 
Favoris:  scoopeo:L’éveil de bébé  fuzz:L’éveil de bébé tapemoi:L’éveil de bébé nuouz:L’éveil de bébé blogmemes:L’éveil de bébé bookeet:L’éveil de bébé pioche:L’éveil de bébé digg:L’éveil de bébé del.icio.us:L’éveil de bébé spurl:L’éveil de bébé wists:L’éveil de bébé simpy:L’éveil de bébé newsvine:L’éveil de bébé blinklist:L’éveil de bébé furl:L’éveil de bébé reddit:L’éveil de bébé fark:L’éveil de bébé blogmarks:L’éveil de bébé Y!:L’éveil de bébé smarking:L’éveil de bébé magnolia:L’éveil de bébé segnalo:L’éveil de bébé
Identification
103 connectés Identifiants perdu ?

Vous êtes ici: Accueil de BébéVallée > Autour de Bébé > Adopter aujourd’hui > Adopter en France : une voie marginale

À propos | Conditions Générales d'Utilisation | Presse | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter

BébéVallée © Copyright Exagame 2004-2009 - Tous droits réservés

Bébé ValléeForum sur la grossesseDictionnaire des prénomsAlimentation grossesseCalcul grossesseIndex BébéValléeBaby ValleyBebés Valle