Adopter à l’étranger : le parcours du combattant


Cet article fait partie de notre grand dossier “Adopter aujourd’hui


L’agrément obtenu, il faut ensuite choisir le pays vers lequel on souhaite se diriger pour l’adoption.


Les critères de chaque pays

 

Il faut savoir qu’un certain nombre de pays ont leurs propres critères de sélection pour les candidats à l’adoption. Ils sont susceptibles d’évoluer chaque année. A titre d’exemples : les Chinois sont très attentifs aux conditions matérielles d’accueil (1) et exigent au moins 10.000 $ annuels par membre du foyer. La Colombie demande des rapports psychologiques complémentaires des candidats à l’adoption. Quant au Cambodge, il privilégie les couples sans enfants.

Pour en savoir plus sur ces critères, vous pouvez consulter les fiches pays du Ministère des affaires étrangères et européennes sur www.diplomatie.gouv.fr, dans la rubrique Adoptions internationales.

 

Les voies d’adoption

 

Elles sont diverses selon les pays, mais les pratiques ont tendance à s’harmoniser. Un cadre général est fixé par la Convention de La Haye sur la protection de l’enfant et la coopération internationale en matière d’adoption. A ce jour, 76 pays l’ont adoptée.

Vous trouverez leur liste sur : http://www.hcch.net/index_fr.php?act=conventions.status&cid=69

La France est particulièrement active pour l’adoption en Haïti, au Burkina Faso, mais aussi en Ethiopie, au Vietnam, en Pologne et en Ukraine.

Dans les pays signataires de la convention : le candidat a le choix de passer par l’Agence française de l’adoption (AFA) ou un opérateur privé habilité - les Organismes autorisés pour l’adoption (OAA). La démarche individuelle est interdite.

Dans les pays non signataires : les candidats peuvent s’adresser directement au pays concerné par l’intermédiaire du Ministère des affaires étrangères et européennes ou faire appel à l’AFA ou aux OAA, en fonction de leurs implantations respectives.

 

Focus sur les opérateurs de l’adoption

 

Il n’y a pas d’opérateurs parfaits, cela dépend pour beaucoup de leurs implantations sur le terrain et de l’historique de leur relation avec le pays concerné. Durant la procédure, il est important de pouvoir s’appuyer sur un correspondant local qui assure le suivi des dossiers et les relations avec les autorités locales.

Avec l’Agence française de l’adoption, vous disposerez d’un opérateur public gratuit pour vous aider dans vos démarches d’adoption à l’international. Il est préférable de consulter le correspondant départemental de l’Agence ou à défaut le siège social à Paris. Ils disposent également d’un site :

www.agence-adoption.fr. Contrairement aux OAA, l’Agence n’assure pas un accompagnement des familles de l’acceptation du dossier jusqu’à l’arrivée de l’enfant. Elle a réalisé 19% des adoptions internationales en 2007.

Avec les OAA agréés par le Conseil général de chaque département, vous devrez affronter de nouveaux entretiens : ils sélectionnent les parents adoptants et se montrent en général plus restrictifs que la loi sur la situation matrimoniale et l’âge des adoptants. Il faudra également s’acquitter de frais de fonctionnement pour l’association constituée pour l’essentiel de bénévoles et de frais de dossier. Ils sont en général de petite taille et sont habilités dans quelques pays seulement pour lesquels ils se spécialisent. La liste est consultable sur le site : www.diplomatie.gouv.fr, dans la rubrique Adoptions internationales. Ils ont réalisé 41,8% des adoptions internationales en 2007.

Les démarches individuelles concernent encore 37,9% des adoptions en 2007 à l’international. Elles représentent pourtant un risque : comment être certain de la bonne foi de ses intermédiaires, de la santé de l’enfant, de sa capacité à être adoptable …

 

Se rendre dans le pays de l’enfant

 

Si c’est une démarche individuelle, il ya de fortes chances pour que cela soit une véritable aventure : vous n’aurez pas beaucoup de visibilité sur le déroulement et l’issue de votre voyage. Il faut savoir que certains pays exigent la présence des parents adoptifs, quand d’autres l’interdisent.

En passant par un intermédiaire agréé, vous êtes la plupart du temps accompagné ou accueilli sur place par un correspondant, vous êtes sûr que l’enfant est bien adoptable et vous disposez déjà d’informations assez précises au moins sur son âge, son sexe, son nom et son état de santé.

 

10 conseils pour bien préparer et vivre ce voyage

1- Rejoindre une association de parents adoptants, si possible pour le pays d’origine de votre enfant.
2- Prévoir un peu de temps pour faire la connaissance du pays : vous avez droit à un congé non rémunéré d’une durée maximale de six semaines et à un congé d’adoption rémunéré.
3- Prendre des photos des premières rencontres pour lui raconter son histoire.
4- Ramener des objets locaux.
5- Prévoir des accessoires de puériculture, si vous n’êtes pas sûr de les trouver sur place.
6- Prendre une trousse de secours pour vous et l’enfant.
7- S’agissant de son état de santé (2), si vous avez besoin de vous rassurer, rien ne vous empêche d’organiser une visite médicale avec un médecin recommandé par le Consulat de France.
8- Se renseigner pour vous avant de partir sur les vaccinations à réaliser ou les traitements (essentiellement pour la prévention du paludisme).
9- Souscrire une assurance maladie et rapatriement.
10- Prévoir un double de son dossier d’adoption et une copie de l’agrément avec ses différents rapports.

(1) Rapport sur l’adoption, Jean-Marie Colombani, La Documentation française.
(2) Le guide de l’adoption, Dr Jean-Jacques Choulot et Hélène Diribarne-Somers, éditions Odile Jacob.



La rédaction de BébéVallée

La formation des parents adoptants

Un certain nombre de pays de l’Union Européenne (Suède, Belgique, Grande-Bretagne, Italie, Espagne) imposent aux candidats à l’adoption un cursus de formation pour mieux comprendre les spécificités de la parentalité adoptive, et ce, avant même l’obtention de l’agrément.


Le saviez-vous ?

 


Technorati , , , ,

 
Favoris:  scoopeo:L’éveil de bébé  fuzz:L’éveil de bébé tapemoi:L’éveil de bébé nuouz:L’éveil de bébé blogmemes:L’éveil de bébé bookeet:L’éveil de bébé pioche:L’éveil de bébé digg:L’éveil de bébé del.icio.us:L’éveil de bébé spurl:L’éveil de bébé wists:L’éveil de bébé simpy:L’éveil de bébé newsvine:L’éveil de bébé blinklist:L’éveil de bébé furl:L’éveil de bébé reddit:L’éveil de bébé fark:L’éveil de bébé blogmarks:L’éveil de bébé Y!:L’éveil de bébé smarking:L’éveil de bébé magnolia:L’éveil de bébé segnalo:L’éveil de bébé
Identification
107 connectés Identifiants perdu ?

Vous êtes ici: Accueil de BébéVallée > Autour de Bébé > Adopter aujourd’hui > Adopter à l’étranger : le parcours du combattant

À propos | Conditions Générales d'Utilisation | Presse | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter

BébéVallée © Copyright Exagame 2004-2009 - Tous droits réservés

Bébé ValléeForum sur la grossesseDictionnaire des prénomsAlimentation grossesseCalcul grossesseIndex BébéValléeBaby ValleyBebés Valle